O.R.E.

O.R.E., ou Observatoire des Réalités Écosophiques, est l’espace d’inquiétude des économies artistiques et de l’observation des moyens mis en place pour créer dans une inquiétude d’impact sur le monde.

Recyclage et inquiétudes

Si il est question de recyclage et de choix de matériaux dans mon travail, il est tout aussi important de se poser la question de pourquoi produire encore et encore de nouveaux objets et de nouvelles images. Ce n’est pas une question nouvelle, elle a énormément influencé mes orientations de travail.
Je me suis questionné autant sur les énergies déployées pour le stockage des données et des échanges, de l’existence sur l’internet, comme des matériaux avec lesquels je construis mes œuvres en nom propre ou avec le Collectif DF*.
Des choix de cercles vertueux et de récupération se sont mis en place dès mes heures de recherches et de création au sein des écoles d’art, ignorant pourtant le mouvement de l’Arte Povera. Il est évident qu’il est une référence primordiale dans mon travail.
Elevée par une écologiste féministe humaniste, il est depuis toujours d’un intérêt primordial de penser à mon impact sur le monde, dans tous les sens du terme.

Ponton en peuplier, En attendant la mer…, 2016 pour charpente et brûler
La réflexion se transmet et s’applique au sein du Collectif DF*

Les plaintes

En 2008, j’ai commencé à effectuer des recherches sur le fait de porter plainte contre X pour les attaques répétées envers les éléments naturels et le non humains. J’ai d’ailleurs engagé à ce moment là une conversation avec Marion Laval Gentet sur les perturbations et angoisses écologiques que pouvaient déclencher notre présent, et notre avenir.
Je me suis rapprochée de juristes pour mettre en place un processus artistique.
Je suis très heureuse aujourd’hui de voir les diverses actions menées hors du territoire artistique et cette prise de conscience par la jeune génération.
N’en faites juste pas une image marketing mais bien un combat, ou à minima, une réelle intention qui vous émouvra toute votre vie.
Je réfléchis aujourd’hui aux autres formes que ces recherches pourraient générer comme actions ou formes.
Certaines sont déjà en place, comme les Stocks, réalisés en Collectif DF*.

Stocks
Matériel brut, stocké, mis en espace lors d’expositions, destinés à construire l’O.R.O, l’Observatoire des Réalités Organisées.

Cette démarche est née de la confrontation aux questions sus-citées et aux problèmes financiers que les artistes rencontrent, principalement à cause du non professionnalisme de certaines structures (entre 2012 et 2020, et risque de continuer…).
Les droits d’auteurs, de diffusion, honoraires n’étant pas justement rémunérés, mais seulement la production de pièces (matériel), certaines pièces ont été crées dans l’objectif précis de constituer un stock de matériel pour construire un lieu imaginaire (au départ) l’O.R.O. l’Observatoire des Réalités Organisées.
Aujourd’hui cet espace existe réellement et est en train de se formaliser avec les stocks I, II, III et le recyclage des pièces d’art éphémères.

Stock I, Observatoire, Production Galerie Omnibus, 2012
Stock II, Observatoire, Production FSDIE UT2J, 2016
Stock III, Observatoire, Production Memento Auch Centre d’art, 2017