Poetry

Fiche Métier

41141     COLLECTRICE de rosée

Définition de l’emploi/métier :

Collecte manuellement ou à l’aide d’un matériel simple les accumulations de rosées.
Mets en place les systèmes de citernes réservoirs et de rideaux récupérateurs.
Peut  assurer la commercialisation directe pour les AOC.
Les gouttelettes et leurs accumulations sont prélevées dans des espaces pour lesquels le récoltant n’a pas, en général, de titre de propriété mais peut avoir une concession.
Exécute ces manœuvres selon les normes et critères définis par un programme préalablement établi.
Assure l’entretien courant de son matériel.
Peut également encadrer une petite équipe.

Conditions générales d’exercice de l’emploi/métier :
L’emploi/métier s’exerce sur un chantier le plus souvent sur terre,
mais aussi en mer, constamment exposé aux intempéries (sécheresses). Généralement, l’activité nécessite peu d’outillage mais exige un moyen de transport approprié – terrestre ou nautique- pour se rendre sur les lieux de collecte.
Les horaires peuvent fluctuer en fonction des phénomènes naturels (météo, saison, heures des marées) et sont dépendants des imprévus techniques qui entraînent systématiquement des dépassements.
L’activité peut impliquer des déplacements lointains et fréquents.
Dans tous les cas, une grande disponibilité est exigée.
Le débit de production (lr : litre rosée) commande le rythme de travail et sa durée afin de satisfaire les commandes. Celle-ci peut aller jusqu’à 6 semaines consécutives de travail suivies par 3 semaines de récupération. L’activité exercée à l’étranger comporte un temps de récupération égal au temps de travail.
La nature des opérations engagées et des matériels utilisés nécessite de respecter strictement les normes et les règles de sécurité (équipements spéciaux imperméable ou absorbants).
De telles activités sont apparentées aux pratiques préagricoles dans la mesure où elles exigent une connaissance précise du milieu naturel. Certaines productions, essentiellement saisonnières, incitent à
rechercher des collectes complémentaires et parfois une autre activité dans un autre secteur (pêche à pied et agriculture…).
Le plus souvent, la collecte est considérée comme une activité d’appoint, parfois peu valorisée, bien qu’elle permette de dégager dans certains cas des revenus substantiels.

Formation et expérience :
Cet emploi/métier est généralement accessible à partir de réelles connaissances dans les domaines de l’hydraulique et parfois les travaux publics.
Sanctionnées par des diplômes de niveaux V, IV ou III (du CAP au BTS), ces formations sont recherchées par les employeurs qui, dans tous les cas, assurent des formations complémentaires.
Le temps de formation dépend du niveau des connaissances initiales.
Les fonctions de chef d’équipe peuvent être directement accessibles à partir de formations de niveau III (BTS, DUT, DEUG…).
Cet emploi/métier doit s’exercer avec le souci constant de respecter l’environnement, en particulier en veillant à l’application de la législation en vigueur.

Viey, 2006


« 1.Je suis sculpteur
2. Tous les espaces et tous les temps m’intriguent
3. Toutes les formes et matières sont miennes »

« 1.Le paysage est un multivers
2.Il est physique, matiériste
3. Il est perceptif, biochimique, mental »

« 1. L’espace-temps est matériel
2. Il est plastique
3. La lumière est le commun entre les réalités spatio-temporelles

« 1. il y a RES et imago
2. il y a ETHER et image
3. il y a RESTHER et imaginal »

 » 1. Le système de pensées, de songes, de rêves est matériel et lumineux
2. Je le définis comme imaginal
3. Je sculpte, assemble, travaille, cette matière imaginale, comme tous les autres matériaux »

Statements and etc…, série de textes, 2020


Je Suis

Texte nommé « Je suis » d’après l’œuvre
de Lisa Jarnot « Libretto marin »
édition Format Américain 1997
Traduit de l’américain par Juliette Valéry


Je suis la crête ébouriffée au vent, les voilages soufflés
qu’il pousse vers leur évaporation imperceptible,
l’insistance à saisir juste cet instant,
je suis alors émerveillement.

Je suis le vol circulaire d’un géant de plume,
la comparaison avec un vol de mouche, carré répétitif,
cette danse  perdue ou chamanique.

Là, je suis le talweg ombrageux anciennement moussu
tenté de dégueuler ses excès ravageurs,
Je suis la fonte qui s’immisce dans les roches,
le sentiment d’impuissance face à une aberration géologique d’un cirque calcaire,
le coquillage esseulé et érodé, englouti,
qui ne se souvient plus de la mer.

Je suis, regarde, une gorge accrochée par un arbre téméraire,
le torrent limpide déformant même les pierres.

Où explose la roche,
je suis révolte saine,
je suis bonheur. 

Tarbes, 2007


Pour parler d’un road-movie intime

Il faut toujours faire route
Route vers les champs
Route vers les oppositions
il est question de voir se dessiner des falaises et des sommets
des esquisses de plaisirs transportés.

La distorsion poétique de ma mémoire me porte
vers des lieux oubliés par d’autres,
que je n’ai jamais usés : je chancelle sous la chaleur d’une voiture,
sous une hygrométrie scandaleuse
ma tête        en arrière          un rire       si bon                 un ami que je ne connais pas
J’habite des lumières fanées étrangères.
J’aime.
                                     ma contemporanéité
Il faut toujours faire route
vers les formes
vers les synesthésies.
Être lisière fertile.

To talk about an Intimate Road movie

You always have to go all the ways
Road to the fields
Road to the oppositions
It’s about seeing cliffs and peaks take shape
Sketches of transported pleasures.

The poetic distortion of my memory leads me to places forgotten by others.
wich I have never worn : I stagger under the heat in a car,
under a scandalous humidity
My head by back a laugh so good a friend I don’t know
I live in faded foreign lights.
I love it.
my contemporary

Always have to go all the ways
Towards the forms
To the synesthesias
To be fertile edge. 2019

South, august 2019


Les renoncés

Il est des contrées
des îles et des sommets
des ruines chaudes
des plis de lune
des fjords noirs
Peut-être
que je n’effleurerai jamais.


Paysages de renoncement.
                                               Je laisse le monde aux autres.


Je regarde se déposer la neige sur les dents-sourires.

Réchauffes-toi aux bras des corniches connues.

South, august 2019


Je suis
fleurs de cerisier sous le rai
dans un hiver imaginal

2019


Le pinson
épuise la nuit
pour se dédoubler

South, avril 2020